A-37-1





**Le désir de multiplier les plantes est propre à tout amateur de jardin, que ce soit pour accroître sa collection personnelle ou pour faire plaisir à des amis/ La méthode conseillée pour les plantes aquatiques n’est pas compliquée et ressemble assez à celle préconisée pour les plantes vivaces terrestres.** La période idéale pour pour opérer est cependant différente. Les plantes vivaces se bouturent de préférence pendant leur repos végétatif jusqu’au réveil printanier alors que les aquatiques sont divisées durant leur croissance, c’est à dire en règle générale de mars à mi-juillet.

Extrait de: article 3 - ’MULTIPLICATION DES PLANTES AQUATIQUES’

Ces Hemerocallis middendorfii, lilioaspodelus, citrina, fulva, florepleno ou autre ’Franz Hals qui en deux à trois semaines tout au plus épuisaient leur stock limité de boutons floraux au début de l’été.
**
Certes, volontaires il fallait qu’elles le soient, car sans soins particuliers, sans apport d’engrais, sans traitement quelconque, elles réapparaissaient tous les ans. Ne dénigrons pas ces ancêtres qui sont à la base des hybrides modernes mais boudons les irrémédiablement.
**
La "révolutions américaine" sévit donc depuis près de trois décennies durant lesquelles d’éminents professionnels et amateurs avertis n’ont cessé d’hybrider méthodiquement ces plantes au potentiel génétique si longtemps insoupçonné.

Extrait de: Hémérocales : des hybrides modernes faciles à vivre

Un nénuphar ou une hémérocale au hasard ?

BIBLIOGRAPHIE

Photos et texte de Pol Detienne - Editions : Jardins et décors aquatiques

voir extrait

Le nénuphar Roi des bassins (JDA n°5/2000)

Les nénuphars font partie de la famille des Nymphéacées et sont répartis dans le monde entier. **Le (...)

voir extrait

Multiplication des plantes aquatiques (JDA n°6/2000)

**Le désir de multiplier les plantes est propre à tout amateur de jardin, que ce soit pour (...)

voir extrait