a. La fleur.




On distingue bien les six étamines et le stigmate de la fleur (à gauche). Le stigmate renferme 3 canaux qui relient son extrémité aux ovaires. Le pollen présent sur les étamines doit être déposé à l’extrémité du stigmate pour féconder la fleur. Le grain de pollen émet alors un tube germinatif à l’intérieur du stigmate. Il faut environ 6 heures (1cm par heure) pour que ce tube atteingne la base du stigmate où sont situées 3 poches à ovaires. Le tube germinatif libère alors ses nucleus qui vont féconder les ovules contenus dans les ovaires de la fleur. Si les conditions sont favorables, plusieurs grains de pollen "germeront" et féconderont autant d’ovules qui en 6 à 7 semaines formeront les graines. Celles-ci évoluent dans une cosse divisée en trois compartiments. A maturité la cosse se fendille, laissant apparaître les graines.



Certes, volontaires il fallait qu’elles le soient, car sans soins particuliers, sans apport d’engrais, sans traitement quelconque, elles réapparaissaient tous les ans. Ne dénigrons pas ces ancêtres qui sont à la base des hybrides modernes mais boudons les irrémédiablement.

Extrait de: Hémérocales : des hybrides modernes faciles à vivre

La période idéale pour pour opérer est cependant différente. Les plantes vivaces se bouturent de préférence pendant leur repos végétatif jusqu’au réveil printanier alors que les aquatiques sont divisées durant leur croissance, c’est à dire en règle générale de mars à mi-juillet.

Extrait de: article 3 - ’MULTIPLICATION DES PLANTES AQUATIQUES’

Un nénuphar ou une hémérocale au hasard ?

BIBLIOGRAPHIE

(JDA n°47/2009)

Ces Hemerocallis middendorfii, lilioaspodelus, citrina, fulva, florepleno ou autre ’Franz Hals (...)

voir extrait

Multiplication des plantes aquatiques (JDA n°6/2000)

**Le désir de multiplier les plantes est propre à tout amateur de jardin, que ce soit pour (...)

voir extrait

(JDA n°42/2007)

L’hybridation de cette plante aquatique a quelque chose de problématique lié sans doute à son (...)

voir extrait