X MARLIACEA ’ROSEA’




Obtenteur : LATOUR-MARLIAC 1879. (Syn. ’MARLIAC ROSE’).

Fleur 12-14 cm, en coupe plate ; 24-25 pétales en forme de cuiller.
Floraison de juin à septembre. Rose clair, presque blanc en début de saison.
Feuille 20-23 cm, arrondie. Dessus vert olive, dessous rouge brunâtre et vert au centre.
Immersion de 50 à 80 cm. Vigueur moyenne. Pour bassins moyens et larges.

Le catalogue des Pépinières Latour-Marliac présente en 1912 ce nénuphar comme la plus belle création de Joseph B.L.Marliac. Certes, à cette époque, la concurrence n’était pas importante, mais c’est à raison que ce nymphéa a conquis et gardé ses lettres de noblesse jusqu’à ce jour. Bien que largement dépassé par les nouveautés américaines, le ’Rosea’ a toujours la cote auprès des amateurs. Quelle carrière !


Développés par Joseph LATOUR-MARLIAC vers les années 1900 des nénuphars dérivés de Nymphaea Alba N. Tuberosa, N. Odorata et N. Mexicana ont vu le jour. Sélectionnés avec soin, croisés avec opiniatreté et patience. Ils ont donné la lignée des "robustes" hybrides du groupe Marliacea.

Extrait de: article 4 - ’LES NENUPHARS D’EXCEPTION’


Ces trente dernières années, c’est surtout aux Etats-Unis que sont créés les nouveaux cultivars. L.Connely, Laurence Gedye, Stetson, Kenneth Landon et ceux déjà cités sont parmi les hybrideurs modernes qui auront marqué une nette progression dans l’évolution de cette plante aquatique.

Extrait de: Des Nymphaea nouvelle génération

Dans ce cas de figure, il ne s’agit pas à proprement parler d’une nouvelle variété (bien que la plante issue de ces sélections présente des différences marquées avec la plante mère), mais d’une amélioration de la variété originelle que l’on appellera "cultivar" pour variété cultivée.

Extrait de: article 6 ’Le nénuphar Roi des bassins’ (suite 2)

Avec le retour du printemps et les premiers beaux jours,le jardin tout entier semble revivre.Les feuilles ont poussé sur arbres et arbustes,les plantes vivaces moins frileuses offrent déja les premières floraisons de la saison.
Les plantes aquatiques palustres regarnissent les zones peu profondes du bassin et le vert reconquiert le site, ponctué de-ci de-là de bouquets de corolles jaune vif ou blanches.

Extrait de: Le nénuphar Roi des bassins (part 1)

Un nénuphar ou une hémérocale au hasard ?

BIBLIOGRAPHIE

(JDA n°43/2008)

Les diversités de couleurs, de formes et d’aspect font de ces plantes un cas presque unique dans (...)

voir extrait

(JDA n°47/2009)

Ces Hemerocallis middendorfii, lilioaspodelus, citrina, fulva, florepleno ou autre ’Franz Hals (...)

voir extrait

Photos et texte de Pol Detienne - Editions : Jardins et décors aquatiques

voir extrait