q. Selection des sujets remarquables




Les cultivars les plus remarquables lors de la dernière floraison auront été isolés et nommés individuellement. Une photo ainsi qu’une fiche d’identification sont établies pour chacun de ces hybrides. Quelques-uns d’entre-eux seront enregistrés auprès de l’AHS (American Hemerocallis Society), reconnaissance officielle pour tout cultivar.

Pol Detienne : "L’hybridation des hémérocalles telle que résumée en ces quelques images n’est certes pas aussi simpliste. Beaucoup de facteurs influencent la réussite d’une hybridation. Des tables de probabilités (établies par Bob Carr de Floride) permettent d’opérer une hybridation ciblée, c’est à dire ne pas croiser n’importe quels cultivars entre eux, au hasard. La compatibilité et la fécondité des parents ainsi que leur potentiel génétique jouent un rôle également primordial dans l’obtention d’un hybride de qualité. Les conditions climatiques (température, humidité de l’air, soleil brûlant, pluie, vent...) influencent la réussite de l’opération. Des précautions sont aussi à prendre pour protéger la fleur fécondée des insectes perturbateurs. Le soin apporté lors de la récolte, du conditionnement et du stockage des graines, ainsi que la précision lors de la mise en culture, et de toutes les étapes suivant le semis, sont autant de facteurs déterminant la réussite du projet. Il faut des années de pratique pour acquérir l’intuition et les astuces menant aux bons résultats escomptés. Mais c’est bien là le prix de chaque passion. Et celle-ci est très saine et prometteuse en satisfactions. L’important n’est pas tellement le but à atteindre en lui-même, mais les chemins qui y mènent."



Ces dernières années sont apparues des lignées de plantes présentant des caractères inédits. La sélection sévère et l’hybridation que j’appellerai "ciblée" ont conduit à l’obtention de fleurs dont les caractéristiques sont résolument nouvelles par rapport aux hybrides antérieurs et même à leurs parents. Si le hasard fait parfois bien les choses, ici il n’a que peu de place. En fait, tout est régi par les gènes de la plante. Lorsque l’on féconde les ovules d’une fleur par le pollen d’une autre fleur, inconsciemment on pourrait croire que c’est comme si on mélangeait deux couleurs différentes pour en obtenir une troisième, résultante des deux premières. Les gènes s’influencent bien autrement. Certains caractères sont dits dominants lorsqu’ils s’imposent face à un caractère moins influent ou récessif. Non seulement cela est valable concernant les couleurs mais aussi les formes, la taille, les différents types de bords et l’œil de la fleur. Le feuillage est également dépendant des gènes : il peut être caduc, semi-persistant ou persistant. La durée de floraison ainsi que la quantité de hampes florales, le nombre de ramifications sur cette hampe ainsi que l’abondance de fleurs sont autant de caractères définis par les gènes mis en présence lors de la fécondation.

Extrait de: Hémérocalles Américaines & hybridation ciblée

Extrait de: article 3 - ’MULTIPLICATION DES PLANTES AQUATIQUES’

Un nénuphar ou une hémérocale au hasard ?

BIBLIOGRAPHIE

(JDA n°47/2009)

Ces Hemerocallis middendorfii, lilioaspodelus, citrina, fulva, florepleno ou autre ’Franz Hals (...)

voir extrait

(JDA n° 14/2002)

Avec le retour du printemps et les premiers beaux jours,le jardin tout entier semble (...)

voir extrait

Multiplication des plantes aquatiques (JDA n°6/2000)

**Le désir de multiplier les plantes est propre à tout amateur de jardin, que ce soit pour (...)

voir extrait